La mise en scène du drame

La mise en scène du drame

Tout au long du film, les forces de la nature, et notamment l'océan et les marécages en proie aux vagues violentes, supplantent peu à peu les méchants Médusa et Snoops, et contribuent à accentuer l'aspect dramatique de l'action.

Première pour les films d'animations Disney, un prologue intervient avant le générique du film. On y voit Penny, prisonnière sur le bateau de l'infâme Médusa, jeter à l'eau une bouteille qui s'éloigne au gré des vagues. Les décors évoluent des nuances chaudes, rouge et orange, de la Louisiane, aux couleurs froides, bleu et gris, de New York , marquant ainsi la différence d'atmosphère entre les deux lieux où se situe l'histoire. La bouteille contenant le message de détresse de Penny dérive au milieu des flots déchaînés, symbolisant la solitude de la petite fille.

Les éléments se déchaînent

Les animateurs en charge des décors prirent des libertés, notamment dans la scène où Bernard et Bianca cherchent le diamant dans la grotte avec Penny. Las descente dans la grotte devait constituer un vrai danger pour les petits héros, aussi ajoutèrent-ils des bouillonnements d'eau menaçants. De même, les vagues du générique créent un effet très efficace, tout comme la course contre la montre avec la marée montante. Mais lors des visionnages de ces scènes, un membre de l'équipe souleva un problème : il n'y a, en réalité, ni marée ni vagues dans les bayous, car le courant y est presque inexistant ! S'ensuivit un débat passionné sur le problème du réalisme, que trancha finalement la conclusion d'un animateur : "Ca gêne qui ? C'est juste un dessin animé !"

Effets de plongée

Quels sont les autres moyens utilisés pour montrer les dangers auxquels sont exposés les petits héros ? Pour suggérer le danger et dramatiser l'ambiance d'une scène au cinéma, l'effet de vue en plongée est un moyen classique. Dans un dessin animé, il n'y a pas d'effet de caméra possible, ce sont les dessins qui remplacent la caméra pour créer les effets voulus. On peut remarquer que, dans la séquence de Penny au fond de la grotte, les dessins la représentent "en plongée", vue d'en haut, afin de renforcer la petitesse de l'enfant victime et isolée. De même, dans la séquence où Bernard glisse le long des parois humides de la grotte, dans le trou du Diable, il est dessiné vu d'en haut afin de dramatiser la situation périlleuse du héros.

Des chansons pour donner du courage

Reprenant un procédé qui n'avait pas été utilisé depuis Bambi, en 1942, les chansons interviennent ici pour développer et relancer la narration. Deux chansons sont jouées lors des scènes où le doute et la tristesse submergent les personnage. Someone's Waiting for You (Quelqu'un viendra) est fredonné par Penny lorsque, cruellement humiliée par Médusa, elle perd l'espoir de trouver une famille d'adoption. Jouant le même rôle, Rescue Aid Society (SOS Société), entonnée lors du congrès, se fait réentendre plus tard pour donner à Bernard et Bianca la force de persévérer dans leur mission.

Des contours gris... souris !

La xérographie, procédé qui permettait de photocopier directement sur celluloïd les dessins des animateurs, avait révolutionné l'histoire du film d'animation et permis, en 1961, l'animation des mille et une taches des 101 Dalmatiens. Durant la réalisation des Aventures de Bernard et Bianca, la technique fait un nouveau pas avec la possibilité de faire de la reprographie en niveaux de gris, et non plus uniquement en noir et blanc. On choisit donc de faire les contours en gris pour les deux souris, ce qui permet un fondu sophistiqué des personnages dans le décor. Toutefois, plusieurs scènes avaient déjà été réalisées avec les traditionnels contours noirs, qui continuaient d'aavoir la préférence de certains animateurs. On peut donc observer que, dans le film, selon les scènes, les contours des personnages sont en noir, ou bien en gris !

Les décors brillent de mille feux

Toute l'imagination de l'équipe des effets spéciaux fut requise pour la mise au point de séquences importantes du récit. Pour rendre l'effet des fusées qui explosent au-dessus du bateau de Médusa pendant le vol d'Orville, le laboratoire filma de véritables feux d'artifice pour servir de modèles. On retravailla directement à la gouache sur le film les traînées de lumière laissées par les fusées. Le mélange peinture/film réel donna des résultats si concluants que le procédé fut repris pour l'explosion finale, très spectaculaire, du bateau à aube, ciselée par le spécialiste des effets spéciaux Dick Sebast. L'effet produit par les fusées est spectaculaire, à la fois beau et dangereux. Le halo de feu autour du bateau à aube de Médusa prépare le spectateur à l'explosion finale et à la défaite du personnage.

Le diamant scintille

Pour incarner l'Oeil du Diable, véritable Graal de Médusa, il fallait créer un diamant d'une beauté sans égale. On photographia un simple petit objet de plastique, et l'un des spécialistes du laboratoire, Burny Mattinson, eut l'idée de superposer autour plusieurs feuilles de celluloïd, afin de lui conférer une apparence de volume et de profondeur. Cette matière de type plastique, transparente, renvoyait ainsi la lumière et il suffisait donc de projeter une vive lumière blanche sur cet objet pour obtenir l'illusion d'un diamant scintillant de mille feux. Obtenir le plus gros diamant du monde : c'est l'objet de la quête de Médusa pendant tout le film. Le duo de souris n'hésite pas à braver le danger et la montée des eaux pour aider la jeune Penny à retrouver le diamant.

#Ashley

72c24c96

×